The O'Jays - Back Stabbers

Funk, Soul, Deep Funk, Deep Soul, Soul Funk…

Funky admins : funkiness, Wonder B, silverfox

Répondre
Avatar du membre
groovologue77

The O'Jays - Back Stabbers

Message par groovologue77 »

The O'Jays : Back Stabbers, coup de poignard dans le dos

The O'Jays - Back Stabbers (Philadelphia International Records KZ 31712, 1972)
Image
Titres

A1 When The World's At Peace 5:21
A2 Back Stabbers 3:07
A3 Who Am I 5:14
A4 (They Call Me) Mr. Lucky 3:20
A5 Time To Get Down 2:53

B1 992 Arguments 6:09
B2 Listen To The Clock On The Wall 3:48
B3 Shiftless, Shady, Jealous Kind Of People 3:36
B4 Sunshine 3:42
B5 Love Train 2:59

Crédits

Eddie Levert : chant
Walter Williams : chant
William Powell : chant
Ronnie Baker : basse
Bobby Eli : guitare
Norman Harris : guitare
Roland Chambers : guitare
Earl Young : batterie
Larry Washington : congas, bongos
Leon Huff : piano
Leonard Pakula : orgue
Vince Montana : vibraphone
Don Renaldo And His Strings And Horns : cordes et cuivres

Arrangements : Bobby Martin (A5, B2, B5), Leonard Pakula (A1), Norman Harris (A3), Ronnie Baker (A4), Thom Bell (A2, B1, B3, B4)
Production : Sigler (A1, A3, B4), Gamble-Huff


Comme bien des groupes de leur génération, ce trio mythique de la musique afro américaine puise son inspiration dans la soul vocale des 60's, puis le Doo wop des 50's.
Initialement formé à la fin des 50's dans un bled paumé de l'Ohio, ce quintet composé de Eddie Levert, Walter Williams, William Powell, Bill Isles, et de Bobby Massey prend forme entre les murs d'une école : la Mc Kinley High School de Canton Usa.
Naturellement influencé par Franky Lymon and his Teenagers, les faux frères O'Jays chantent à tue tête des thèmes innocents.
Après le sérieux écrémage de son personnel, la chorale se mue en trio, sa formule définitive, puis grave sa première galette en 1961, sous le patronyme de The Mascots.
Un DJ Eddie O'jay les programme régulièrement dans son show, ne tardant pas à décrocher un petit succès, Eddie, Walter et William adoptent le nom de leur bienfaiteur en guise de nom de scène, les O'jays sont nés officiellement.
Dix années passent, les trois compères sautent de label en label, puis s'installent définitivement sur la côte Est à Philadelphie.
Un duo de producteurs locaux, Kenny Gamble & Leon Huff, séduits par la démarche du trio, calque le modèle de la Motown de Detroit, pour créer l'une des principales étiquettes du son de l'Amérique minoritaire, Philadelphia International Records.
Les Ojay's font partie des premières signatures du duo, nous sommes en 71, Gamble et Huff agencent dans leur studio une espèce de soul hybride, imprégnée de musique pop et d'arrangements luxuriants.
La formule du label propose aux auditeurs des rythmes binaires très prononcés, se fracassant sur un mur de violons en cascade, parsemés parfois de cuivres percutants. Les disques PIR impriment sur l'ensemble de la production sonore de l'époque une voie feutrée et soyeuse, puis des signes très distinctifs permettent de cibler la nature propre du travail des producteurs de Philly.
1972, la guerre du Viet Nam vit ses dernières années, le trio édite sa première galette la bien nommée 'Back Stabbers' ( « hypocrite »), le trio culmine sur ce registre de soul Wagnerienne.
Cette musique percutante est servie par des zicos, triés sur le volet, dans les studios l'activité est intense, rien n'est laissé au hasard.
Les producteurs surveillent au millimètre la progression de l'ouvrage, alors que les chanteurs décontractés livrent une immense performance .
La galette propose dix titres, commençons par l'énumération;
Le premier « When The World At Peace » sert de plaidoyer pacifiste, c'est un mid tempo enflammé, très dansant ou les trois voix s'entrecroisent. Des cuivres incisifs perforent la mélodie, une guitare joue trois notes indéfiniment, puis des breaks cassent le ce rythme haletant. C'est le premier clou du spectacle, qui s'annonce captivant.
Le second, Back Stabbers reprend les modèles des canons de la Motown, un perfect soul song, les violons commencent à pointer avec leur notes glissantes et moelleuses, le tempo est élastique, les percussions rythment efficacement cette chanson dont l'esprit reflète bien son côté revanchard puis roublard.

Quatres titres suivent, des ballades et des tempos lents, qui montrent clairement l'orientation musicale des disques PIR, affichant une obsession pour les arrangements d'un certain Bacharach.
Le LP se ferme sur l'un des sommets de la soul millésimé 70's, préfigurant les excès du disco.

[video]www.youtube.com/watch?v=SvsAqkOhI48[/video]

L'entrainant « Love Train » se fait l'apôtre d'une musique fédératrice, qui sans se politiser porte en elle les stigmates d'une période propice à l'émancipation raciale.
Les O'Jays restent avec ce premier effort comme les fers de lance de la soul locale, qui dans l'esprit de Gamble & Huff vise une destinée universelle. PIR, Motown puis Stax symbolisent cet âge d'or.
Ce manifeste vient de s'offrir un lifting complet, via une remasterisation efficace du label anglais Big break records.

Bref un disque à la densité majestueuse, au contenu riche, à acquérir de toute urgence.

Back Stabbers


When The World's At Peace


They Call Me Mr.Lucky


Time To Get Down


Listen To The Clock On The Wall


Shiftless, Shady, Jealous Kind Of People


Sunshine


Avatar du membre
Revpop

The O'jays: Back Stabbers coup de poing dans le dos

Message par Revpop »

Superbe chronique d'un album qui vaut 5.5 stars à l'échelle RevPop pas moins ! :drunk:

Voici un morceau moins connu mais qui represente à la perfection le son PIR :
992 Arguments :
Modifié en dernier par Revpop le 26 août 2019 21:36, modifié 1 fois.
Avatar du membre
groovologue77

The O'jays: Back Stabbers coup de poing dans le dos

Message par groovologue77 »

Merci rev pop! Le morceau que tu viens de poster, fait partie de la seconde catégorie des chansons du disque, c'est une balade majestueuse... mais elle reste néanmoins éloignée des titres musclés qui ont filtré lors des séances des O'Jays, au sein des studios de Philly.
Avatar du membre
bluesy

The O'Jays - Back Stabbers

Message par bluesy »

Bravo pour ta chronique Groovologue. :yeahhh:
Direct dans ma want list, vu que je n'ai qu'un best of et un album de 1979.

"992 Arguments" j'adore ce titre que je trouve bien rythmé et violoneux à souhait.
"Music Makes You Move" : Funkhouse Express (1974) so... "HIT THAT ONE!" : JB
"They Call Us Wild But We Got Soul" : Wild Magnolias (1975)
Avatar du membre
funkiness
Site Admin

The O'Jays - Back Stabbers

Message par funkiness »

Who Am I ?
funkiness brings you funk and happiness
Avatar du membre
bluesy

The O'Jays - Back Stabbers

Message par bluesy »

funkiness a écrit :Who am I ?
:drunk: Je découvre et :ouin: .
Je le mettrai demain, car là c'est pffffffffffff : dès l'intro je suis émue. :)
"Music Makes You Move" : Funkhouse Express (1974) so... "HIT THAT ONE!" : JB
"They Call Us Wild But We Got Soul" : Wild Magnolias (1975)
Avatar du membre
funkiness
Site Admin

The O'Jays - Back Stabbers

Message par funkiness »

Oui c'est assez éprouvant... :P
funkiness brings you funk and happiness
Avatar du membre
Wonder B

The O'Jays - Back Stabbers

Message par Wonder B »

Un des albums fondateurs du Philly Sound et une ligne de basse mondialement connue inventée et exécutée par le (alors) tout jeune Anthony Jackson pour le titre qui donne son nom à l'album...

Ici avec Carl Chambers dans les studios Sigma à Philly.

Image
Sworn to fun
Loyal to none
Avatar du membre
in the jungle groove

The O'Jays - Back Stabbers

Message par in the jungle groove »

Tiens, c'est marrant hier soir je me suis écouté Ship Ahoy et Back Stabbers et me suis dit que je devais faire une chronique sur les O'Jays, j'étais parti dans l'idée de faire Ship Ahoy (que je préfère) mais Back Stabbers représente aussi très bien le groupe! :cool: Merci!
Avatar du membre
Jean

The O'Jays - Back Stabbers

Message par Jean »

Un indispensable avec deux grands classiques. Je crois que je préfère aussi dans l'ensemble le "Ship Ahoy", mais "Back Stabbers" est peut-être mon titre préféré des O'Jays (avec "I Love Music"). :drunk:
Avatar du membre
Revpop

Re: The O'jays: Back Stabbers coup de poing dans le dos

Message par Revpop »

Revpop a écrit :Superbe chronique d'un album qui vaut 5.5 stars à l'échelle RevPop pas moins ! :drunk:
UP !

Et bien non, après ré-écoute c'est la note maximale; mon préféré dans les albums des O'Jays et l'un des très grands albums de 1972 ! :drunk:
Jugez par vous même :

Le plus beau titre des O'Jays "Back Stabbers" : :drunk: :drunk: :drunk:


Bonus avec "Back Stabbers" chez Soul Train avec interview :


Bonus avec l' Original 12" Version de "Love Train" : :drunk: :drunk:


Bonus avec la version Soul Train de "love Train" :


Super Bonus et là je vous laisse découvrir :
Avatar du membre
Revpop

Re: The O'Jays - Back Stabbers

Message par Revpop »

Une version de "Back Stabbers" par Clarence Carter :
Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • The O'Jays - Survival
    par bluesy » » dans The Roots 60's/70's
    2 Réponses
    2403 Vues
    Dernier message par Revpop
  • The O'Jays - Ship Ahoy
    par silverfox » » dans The Roots 60's/70's
    10 Réponses
    3847 Vues
    Dernier message par Revpop
  • [DVD] The O’Jays - Live à l’Apollo 1991
    par Stéphane » » dans DVD, vidéos, doc, photos
    5 Réponses
    3098 Vues
    Dernier message par bluesy
  • Van Jones And The Jays - Yttg To The Freak / I Do Love You
    par charlie's angels » » dans Maxis et 45
    1 Réponses
    923 Vues
    Dernier message par bluesy
  • Barry Boulevard / Ultra Sound Band ‎– Rockin' Back To Back / It's Fresh
    par funkysoulstory » » dans Maxis et 45
    1 Réponses
    4651 Vues
    Dernier message par funkiness

Funk-o-logues actuellement en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun Funk-o-logue et 20 extraterrestres